Fr
En
Nl

ABOUT US

Nous dressons le portrait aussi précis que possible de 1000 Bruxellois·es des années 2020, sur base des chiffres et des données démographiques disponibles. C'est la seule façon de révéler la richesse et la diversité de la communauté bruxelloise.

Si Bruxelles comptait 1000 personnes: Qui seraient-il·elle·s? Où vivraient-il·elle·s? D'où viennent-il·elle·s? Quel âge ont-il·elle·s? Quelle est leur niveau et qualité de vie ?  Sont-il·elle·s suffisamment prospères, sont-il·elle·s en bonne santé? Quelles langues parlent-il·elle·s? Et qu'en est-il de leurs déplacements à Bruxelles, à l'intérieur et à l'extérieur de la ville?

Âge des Bruxellois.es

Si Bruxelles comptait 1000 personnes

65

auraient entre
0 et 4 ans

65

auraient entre
5 et 9 ans

62

auraient entre
10 et 14 ans

56

auraient entre
15 et 19 ans

149

auraient la
vingtaine

164

auraient la
trentraine

144

auraient la
quarantaine

119

auraient la
cinquantaine

54

auraient la
soixantaine

31

auraient la
septantaine

8

auraient la
quatre-vingtaine

Si Bruxelles comptait 1000 personnes

151

vivraient à
1000 Bruxelles
(Bruxelles-ville)

108

vivraient à
Schaerbeek

99

vivraient à
Anderlecht

80

vivraient à
Molenbeek-Saint-Jean

71

vivraient à
Ixelles

68

vivraient à
Uccle

47

vivraient à
Woluwe-Saint-Lambert

45

vivraient à
Forest

43

vivraient à
Jette

40

vivraient à
Saint-Gilles

39

vivraient à
Etterbeek

34

vivraient à
Evere

34

vivraient à
Woluwe-Saint-Pierre

28

vivraient à
Auderghem

22

vivraient à
Saint-Josse-ten-Noode

20

vivraient à
Berchem-Sainte-Agathe

20

vivraient à
Ganshoren

20

vivraient à
Watermael-Boitsfort

18

vivraient à
Koekelberg

Langues parlées

Si Bruxelles comptait 1000 personnes

Il·elle·s parleraient de nombreuses langues. 740 d'entre eux·elles parleraient plus d'une langue. 370 en parleraient même au moins 3. Seul·e·s 90 Bruxellois·es seraient initialement bilingues - néerlandais et français. 280 seraient nouvellement bilingues et parleraient donc 2 langues différentes de la combinaison classique. 76 Bruxellois.es sur 1000 ne parleraient ni le français, ni le néerlandais, ni l'anglais.

740 /1000
76 /1000
370/740
280 /370
90/370

Contexte migratoire

Si Bruxelles comptait 1000 personnes

640 d'entre eux·elles auraient la nationalité belge. Mais 600 Bruxellois·es naîtraient avec une nationalité autre que belge. En ce qui concerne le pays de naissance, 540 des Bruxellois·es seraient né·e·s en Belgique et n’auraient donc pas migré au-delà des frontières nationales. Pas moins de 743 Bruxellois·es seraient issu·e·s de l'immigration, uniquement en raison de leur propre migration ou de celle de leurs parents. En prenant en compte plusieurs générations, on parle même de 829. 352 qui viendraient d'un pays européen, dont 88 de France et 78 d'Italie. 178 Bruxellois·es auraient des racines migratoires au Maroc. 46 auraient des racines migratoires turques, 42 roumaines, 35 espagnoles et 28 congolaises. Nous serions la deuxième ville la plus diversifiée au monde après Dubaï.

178

Contexte migratoire
Maroc

88

Contexte migratoire
France

78

Contexte migratoire
Italie

46

Contexte migratoire
Turquie

42

Contexte migratoire
Roumanie

35

Contexte migratoire
Espagne

28

Contexte migratoire
Congo

22

Contexte migratoire
Pologne

17

Contexte migratoire
Portugal

14

Contexte migratoire
Grèce

14

Contexte migratoire
Allemagne

13

Contexte migratoire
Algérie

13

Contexte migratoire
Inde

13

Contexte migratoire
Tunisie

11

Contexte migratoire
Bulgarie

10

Contexte migratoire
Grande-Bretagne

10

Contexte migratoire
Pays-Bas

9

Contexte migratoire
Sirie

8

Contexte migratoire
Guinée

8

Contexte migratoire
Pakistan

7

Contexte migratoire
Cameroun

6

Contexte migratoire
Brésil

6

Contexte migratoire
Rwanda

5

Contexte migratoire
Chine

Autres données

Si Bruxelles comptait 1000 personnes

349

Bruxellois·es seraient pauvres ou exposé·es à un risque élevé d'exclusion sociale.

200

Bruxellois·es se considéreraient
en mauvaise santé.

510

Bruxellois·es seraient des femmes.

70

Bruxellois·es s'identifieraient
comme LGBTQIA+.

Bruxelles n'est pas seulement une ville diverse, mais aussi une ville "fluide". Ces dernières années, des centaines de milliers de personnes sont arrivées à Bruxelles par le biais des migrations à l'intérieur et à l'extérieur de la Belgique, mais tout autant de centaines de milliers sont reparti·e·s. 

Bruxelles est aussi une usine d'émancipation. Les Bruxellois·es vont et viennent. Ils viennent à Bruxelles pour préparer leur avenir, apprendre les langues, vivre ensemble, vivre leur première expérience professionnelle... Puis ils repartent, emportant Bruxelles dans le monde. 

Avec "This is Us. This is Brussels.", nous voulons dresser un portrait aussi fidèle que possible des Bruxellois·es des années 2020 au 21e siècle. Avec un groupe de courtier·ière·s en patrimoine spécialement formé·e·s, nous recueillons leurs histoires et leurs attentes.

Nous constituons ainsi une archive humaine. Nous créons déjà le patrimoine culturel de demain. Nous écrivons donc l'histoire aujourd'hui. Mais nous créons aussi un nouveau "nous". Nous, les Bruxellois.es, toutes et tous différent.es, mais toujours nous, les Bruxellois·es. This is Us. This is Brussels.

Un·e Bruxellois·e a de multiples facettes, avec plus d'expériences et de contacts, de langues et de cultures. En bref : un·e Bruxellois·e est plus riche, au sens le plus précieux du terme.